~BTMB: ''GAZETECİLİK ETİK KURALLARINI İHLAL EDEN ‘LA LIBRE BELGIQUE’ GAZETESİNİ KINIYORUZ''

‘Belçika Türkçe Medya Birliği’/ BTMB olarak ‘la Libre Belgique ’ gazetesinin etik olmayan bu yanlı davranışını şiddetle kınadığımızı belirtmek isteriz.

‘Belçika Türkçe Medya Birliği’/ BTMB olarak ‘la Libre Belgique ’ gazetesinin etik olmayan bu yanlı davranışını şiddetle kınadığımızı belirtmek isteriz.

Tekzip yazılarının yayınlanması hem yasal zorunluluk, hem de Uygar ülkelerde Basın Etik Kurallarından sayılmış ve yayımlanması zorunlu hale getirilmiştir.

Türkiye Cumhuriyeti ve kurucusu Atatürk'e yönelik hakaret ve küçük düşürücü ifadeleri basın özgürlüğü çerçevesinde değerlendiren ve yayınlayan ‘Belgique La Libre’ iftira ve yalan dolu habere karşı Türkiye’nin Belçika temsilcisi Büyükelçi Dr. Hasan Ulusoy’unda cevap hakkını sayfasında yayınlamayarak yasal, hem de Basın Etik kuralını keyfi olarak ihlal etmiştir

Ancak her fırsatta basın özgürlüğünden yana olduğunu ifade edenlerin bu hakkı ihlal ederek cevap hakkını yayınlamamaları hissi ve taraflı bir anlayıştır. La Libre Belgique gazetesi bu anlayışla, basın ilkelerini ayaklar altına almıştır.

Aynı meslek grubu bir kuruluş olan BTMB olarak bu haksız ve hadsiz anlayışı şiddetle kınıyor, basın mensuplarının basın etik kuralları ve ilkelerine saygılı olmaya davet ediyoruz.

Kamuoyuna saygıyla duyurulur.

BTMB YÖNETİM KURULU

*******************************************************

~~Monsieur,

J’ai entendu parler de la réputation de votre journal quand j’ai pris mes fonctions. Malgré plusieurs articles dénués d’objectivité et d’impartialité à l’égard de mon pays parus dans les colonnes de votre journal depuis mon arrivée et le refus de votre journal d’exercer notre droit de réponse, je tiens toujours à conserver ma conviction que votre journal fait du journalisme professionnel en raison de notre croyance en la liberté de la presse.

Cependant, je voudrais vous transmettre toute mon indignation face à l’article d’opinion publié le 24 avril en tant que contribution externe à votre journal par Nicolas Tavitian.

Chaque ligne de l’article de M. Tavitian est truffée de mensonges reflétant la haine de l’auteur concernant les Turcs, la Turquie et ses valeurs. Aborder et répondre à cet ensemble de phrases (car je ne parviens pas à qualifier ce texte d’article) qui n’est rien d’autre qu’un exemple notoire de sombre propagande, serait normalement une injustice à la réalité historique et à l’objectivité.

Néanmoins, dans le but de fournir la vérité à vos lecteurs qui pourraient se sentir affectés par ces mensonges et tout en prenant compte de votre opinion du 26 Avril intitulée « Dites-le à vos enfants » où vous mentionnez qu’il faut dire la vérité aux enfants, je me sens obligé de fournir le compte réel de la question une fois de plus.

Premièrement, concernant les allégations pathétiques de relier les nazis qui sont les auteurs de l’holocauste à Atatürk et aux événements de 1915, je me dois de souligner que de telles allégations et distorsions des faits sont un non-sens total sinon une ignorance totale. Bien que je sache que l’auteur de ces mensonges en est bien conscient, je voudrais aussi rappeler que quand la Légion arménienne nazie dirigée par Garegin Nzhdeh a servi les nazis en perpétrant des massacres pendant la Seconde Guerre Mondiale, l’Etat turc ainsi que ses diplomates ont accordé des passeports turcs aux Juifs de l’Europe dans les pays où se trouvaient les missions turques pour les sauver des mains des nazis. Cette personne, Garegin Nzhdeh, a également massacré des Turcs et des musulmans dans les Balkans pendentif la Première Guerre mondiale et plus tôt pendentif la guerre des Balkans.

Dans ce contexte, une fois de plus, nous voudrions aussi rappeler brièvement ces événements déformés de 1915, dans l’espoir d’éviter les fausses idées dues à une telle propagande obscure. Les Arméniens ont vécu sur les terres ottomanes pendentif des siècles en tant que citoyens de l’Empire. Ils jouaient un rôle important dans tous les domaines de la société et ont appelés « millet-i sadıka », ce qui signifie peuple fidèle. Cependant, pendentif la Première Guerre mondiale, de nombreux Arméniens ottomans ont été manipulés et se sont rebellés contre leur propre gouvernement parce que les forces armées étrangères leur promis des terres ottomanes.

Des gangs arméniens comme les Dashnaks et les Hıncaks ont coopéré avec les forces étrangères avec qui les Ottomans sont en guerre et se sont rebellés dans l’est de l’Anatolie, massacrant des centaines de milliers d’innocents. Dans le climat de guerre qui prévalait, le gouvernement ottoman a dû déplacer certains arméniens des zones frontalières pour des raisons de sécurité.

Cette relocalisation constituait une mesure normale à cette période, telle qu’elle est appliquée par de nombreux autres États. Ainsi, il est clair que tant les Arméniens que les Turcs ont souffert de ces conditions difficiles d’une guerre épouvantable.

Contrairement à ce que vous alléguez dans votre article, la discussion sur les événements de 1915 ne reste pas un tabou. La Turquie commémore toujours ces souffrances partagées. Notre président de la République tient un discours à cet effet chaque 24 avril. Dans ces déclarations, il souligne que la vérité des événements de 1915 ne peut être cachée et que ces faits ne peuvent être mis en lumière que par la science, l’histoire, le droit, le dialogue et la parole.

La Turquie a ouvert l’accès à ses propres archives il y a plusieurs années. Elle invite les autres pays à faire de même. Elle a également proposé de créer une commission mixte composé d’historiens turcs et arméniens et d’autres experts internationaux pour examiner les événements de 1915. Cependant, l’Etat arménien n’y a pas accordé la même attention. En particulier, certains groupes et États arméniens tentent d’éviter que la lumière soit faite sur ce sujet, et utilisent cette question pour des raisons politiques. Dans ce processus délicat, il convient que les pays tiers suivent une approche constructive. La déformation des faits et des événements de l’histoire par certains États et politiciens pour des intérêts de politique étrangère à travers des récits biaisés du passé nourris par la haine n’est que déplorable et ne favorise pas un avenir promouvant une véritable culture du vivre ensemble entre les peuples.

Ce point a également été mis en exergue par le patriarche arménien en Turquie Sahak Mashalyan qui a souligné le 24 avril 2021 que la mémoire de leurs ancêtres est utilisé comme un instrument à des fins politiques au quotidien et que porter ce sujet à l’ordre du jour des parlements ne contribuait pas aux efforts de rapprochement des deux peuples.

En outre, il faut aussi souligner que le mot « génocide » tel que défini dans la Convention des Nations Unies de 1948 est un terme juridique. Selon le droit international, l’évaluation des événements historiques en tant que « génocide » ne peut être faite que par un tribunal international compétent et en l’occurrence, il n’y a pas de décision de justice concernant les événements de 1915. En fait, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), dans sa décision du 17 décembre 2013 dans « l’affaire Perinçek c. Suisse », y fait non seulement référence, mais conclut aussi qu''il est même douteux qu’il puisse y avoir un consensus général parmi les académiques et historiens sur ce sujet ».

Enfin, c’est une mascarade et une hypocrisie de voir M. Tavitian essayer de dépeindre notre État et notre gouvernement comme brutaux et violents. Il ne faut pas oublier que plusieurs groupes terroristes arméniens comme l’ASALA ont massacré de nombreux diplomates turcs et leurs familles pendentif des années au cours de leur mission à l’étranger, y compris notre attaché administratif M. Aksoy qui a été assassiné devant sa maison à Bruxelles en 1983. Il est également déplorable que beaucoup de meurtriers de nos diplomates n’ont jamais été traduits en justice à ce jour par les pays hôtes.

Au vu de ce qui précède, nous demandons à votre journal de ne plus autoriser de telles publications au service de la propagande et sur la base de récits historiques biaisés.

Dans ce contexte, je vous demande de bien vouloir publier les vues exposées ci-dessus par opposition à l’opinion publiée dans votre journal, tout en comptant sur votre journalisme objectif pour transmettre les réalités aux générations futures.

Cordialement,

Dr Hasan Ulusoy
Ambassadeur